Accueil
Chili nature
Accueil
Chili nature

CHILI NATURE

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Albatros à sourcil noir (Thalassarche melanophris) :

            80/90 cm, 3/5 kg, envergure de 2,1 à 2,4 m.

            Tête cou et croupion blancs. Le dessus des ailes est noir, le dessous est blanc avec un liseré noir en périphérie, la queue est noire. Le bec est  jaune, la pointe crochue orangé ou rosé. Petit masque noir autour de l'oeil évoquant un sourcil, ce qui lui a donné son nom. Il dispose de glandes qui lui permettent de dessaler l'eau de mer, le sel est évacué par les narines.

            Nidifie annuellement en colonies de plusieurs milliers d'oiseaux principalement en haut de falaises abruptes continuellment balayées par les vents ce qui lui permet de s'envoler facilement. Normalement le même couple se reforme tous les ans sur le même site de reproduction. Un seul oeuf est pondu puis couvé par les deux parents pendant 72 jours. Les deux parents alimentent le poussin et pour cela peuvent partir plusieurs jours en mer parcourir des centaines de kilomètres à la recherche de nourriture. Le poussin quitte le nid 17 semaines en moyenne après l'éclosion.

            L'alimentation est à base de krill, poisson, céphalopodes, méduses capturés à la surface de la mer ou en plongeant depuis une hauteur de 8/9 m.

            Sa morphologie est parfaitement adapté à son vol lent et planant. Il peut planer longtemps et tutoie les vagues au plus près.

Il vit essentiellemnt en haute mer sans jamais quasiment se poser et ne regagne la terre que pour la période de reproduction

Pétrel géant ( Macronectes giganteus) :

            Taille 86/99 cm, poids 3,5/3,8 kg, envergure 185/205 cm. Le plus commun des pétrel au sud du Chili.

            l'adulte est brunâtre sur tout le corps. Les parties inférieures sont plus foncées au niveau du bas-ventre et du bas de l'abdomen. La tête et le cou sont brun grisâtre. La poitrine est blanchâtre, mouchetée de brun. L'énorme bec est jaunâtre avec l'extrémité verte. Comme toutes les espèces de pétrels, il a les narines tubulaires réunies au sommet du bec. Les yeux sont bruns. Les pattes et les doigts palmés sont gris-brun. Les deux sexes sont semblables, avec le mâle légèrement plus grand que la femelle.

            Le Pétrel géant est pélagique. Il se reproduit en colonies lâches sur des îles, sur le sol nu ou dans des zones herbeuses.      

            Le Pétrel géant se reproduit en colonies lâches, sur le sol nu ou dans des zones herbeuses. Le nid est en forme de coupe, fait avec des herbes, de la mousse et des graviers. La femelle dépose un seul gros œuf. L'incubation dure environ 55 à 66 jours, partagée entre les deux parents. Le poussin reste au nid jusqu'à son envol. Le Pétrel géant est souvent dérangé au nid, et parfois, il l'abandonne. Mais cet oiseau est capable de régurgiter une huile nauséabonde vers les intrus. Quand les jeunes quittent le nid, ils passent deux ou trois ans en mer. C'est une grande migration à travers les océans de l'hémisphère sud.

Caracara huppé (Caracara plancus) :

            La couleur rouge orangé de la cire qui part des narines jusqu'au front est caractéristique de ce rapace. Bec fort gris-argent. Dessus de la tête noire. L'œil est noir et présente un cercle oculaire jaune. Les plumes de l'arrière de la calotte se relève en cas de vent et le caraca devient huppé. La nuque et la gorge sont gris clair, des marques noires horizontales et discontinues strient la poitrine. Manteau et ventre noir. Les culottes noires se terminent par des pattes jaunes claires. En vol le caracara huppé montre de magnifiques primaires blanches qui se terminent par une main noire, et on distinguera nettement les sous-caudales blanc-gris striées de noir. Les femelles sont plus grosses que les mâles.

             Etant Opportuniste, comme beaucoup de rapaces, on le trouve près des pâturages, des cultures et des villages. Il aime aussi les espaces ou les alternances de savane et de forêts, les bords de rivières ou de fleuves, les points d'eau et les marais, on le trouve aussi bien au niveau de la mer qu'en altitude.Majoritairement sédentaire, souvent solitaire mais peut se réunir en bandes s'il y a abondance de nourriture à proximité. On peut le voir aussi bien arpenter le sol en quête de nourriture que perché à l'affût d'une proie, en général peu craintif vis-à-vis de l'homme. Très souvent observé au sol.

Pélican thage (pelicanus thagus) :

            Taille 150 cm, 7 à 8 kg, envergure 220 cm.

            Plumage majoritairement sombre, assez proche de la livrée du pélican brun. La tête est parcourue par une large strie blanche qui part du haut du bec, aboutit jusqu'au capuchon et redescend le long du cou. Petite huppe au sommet de la tête.Plumage majoritairement sombre, La livrée est assez semblable à celle du pélican brun. La tête est parcourue par une large strie blanche qui part du haut du bec, aboutit jusqu'au capuchon et redescend le long du cou. Au sommet du crane il y a une petite huppe.La peau faciale est noirâtre avec une légère zone de peau nue rose autour de l'œil. Bec jaune brillant ou orange avec une pointe rouge beaucoup plus développée que chez le Pélican brun. La zone lorale est maculée de petites papilles noirâtres qui n'existent chez aucun autre pélican. La poche gulaire située sous le bec dévoile une belle couleur bleue qui reste visible pendant de longs mois, même si elle est plus éclatante pendant la période nuptiale. Les pattes et les palmures des pieds sont noires.

            Le Pélican thage possède une masse qui est parfois deux fois plus importante que celle du Pélican brun. Les deux espèces ont des aires de distribution très différentes. Le pélican thagus est localisée uniquement sur la côte pacifique de l'Amérique du sud. Ils fréquentent les côtes rocheuses qui lui sont nécessaires pour abriter les nichées et les crèches. Collée à la côte, il doit y avoir une plate-forme littorale avec des eaux peu profondes pour qu'il puisse y pêcher. Le Pélican thage ne s'aventure jamais au large. Il ne pénètre pas non plus à l'intérieur des terres. Oiseau grégaire il pêche en bande.

Ponte entre octobre et février avec un maximum en décembre janvier. L'incubation varie de 4 à 5 semaines. Niche en colonie de 10 à plusieurs centaines d'oiseaux. Naissance en décembre janvier. Les oisillons à partir de 3 à 4 semaines sont élevés en crèches pendant environ 85 jours et prennet leurs premier envol dès le mois de mars

  

Huîtrier de Garnot (Haematopus leucopodus) :

            Taille 42/46 cm, poids 600 à 700 grs. La femelle est un peu plus grosse que le mâle. Tête, gorge, dos et dessus des ailes noirs. Ventre et dessous des ailes blanc. Bec étroit rouge brillant terminé par une pointe légèrement orangé. Tous les huîtrier se ressemblent mais l'huîtrier austral à une couleur noire plus marquée et l'anneau orbital est jaune et non rouge, le bec est plus long et plus fin.

            Le nid est peu profond sur le sol, obtenu par grattage, placé sur du galet ou sur du sable. Les pontes contiennent habituellement 3 ou 4 oeufs. L'incubation dure de 24 à 29 jours. L'envol s'effectue au bout de 35 jours. Le succès des nichées est faible, le taux de réussite étant largement inférieur à 1 petit par couple et par an. Les pertes sont dues principalement aux prédateurs ainsi qu'à la recherche de nourriture pendant les grandes marées et les tempêtes.

Cormoran (Phalacrocorax brasillanus) :

Taille 60/75 cm, poids 1,8 kg, envergure 1 m. Très commun en Amérique y comprisn au Chili. Niche en grandes bandes près de grandes zones d'eaux. Il vole plus haut que les autres cormorans.

 Cygne à cou noir (Cygnus melanocoryphus) :    

            Taille 102/125 cm, poids 5,4 pour le mâle 4 kg pour la femelle. Nichent en eaux ouvertes avec une abondante végétation et lacs d'eaux saumâtres de la Patagonie,  le cygne à cou noir est herbivore. Toujours en bandes de groupes familiaux de 20/30 individus parfois plus. Très grégaire. Dans les zones de reproduction et d'alimentation ils peuvent se réunir en plusieurs centaines d'individus. Ils peuvent se déplacer sur plusieurs centaines de km, certains ont été observés en Antarctique.

Le plumage est blanc à l’exception du cou et de la tête qui sont noirs. Cygne assez léger. Le bec est gris ardoise, surmonté d’une caroncule assez volumineuse et charnue de couleur rouge vif. Pattes jaunâtres teintées de couleur chair (roses). Le plus petit des cygnes, le seul à avoir le cou noir.

Le nid est placé dans l’épaisse végétation riveraine au bord des lacs ou sur îlot. Le cygne pond 4 à 8 œufs crème, incubés par la femelle seule pendant 36 jours. Les jeunes ont un duvet entièrement blanc-grisâtre et montent souvent sur le dos de leurs parents.

Courlis courlieu (Numenius phaeopus) :

Très commun dans le monde entier. Taille 45 cm,

300 à 600 g. Présent en Amérique du Nord, passe l'hiver au Chili.

Manchot de Magellan (Spheniscus magellanicus) :

Les sphéniscidés sont des oiseaux marins aptères de l'hémisphère austral. Leurs ailes utilisées comme nageoires leurs permettent une évolution rapide dans l'eau pour chasser, se nourrir, ou fuir un prédateur.Cette espèce niche au sud de l'Amérique du Sud, aussi bien sur les côtes atlantiques que pacifiques, en Argentine, au Chili, et sur les îles Falkland. Les individus hivernent en mer, au large du Brésil, de l'Uruguay et du nord de l'Argentine côté Atlantique, et au large du Chili et du Pérou côté Pacifique.

Ces manchots montrent une grande fidélité, non seulement envers leur partenaire, mais aussi envers leur site de nidification. Presque tous les individus retournent nicher dans la colonie où ils sont nés, et bien souvent réutilisent le même buisson ou le même terrier pour placer leurs œufs, année après année. Les deux parents prennent part égale à l'élevage des petits. Ils se relaient pour couver les œufs puis nourrir les poussins.

Sturnelle australe (Sturnella loyca) :

28cm, le mâle se distingue par une couleur rouge vif de la gorge, le cou et la poitrine. Présent au Chili, en Argentine et aux Iles Malouines. Très semblable aux autres sturnelles à poitrine rouge, elle diffère cependant de ces espèces par sa longue queue. Sur la tête, la calotte est noirâtre et striée de brun, partagée par une bande médiane brun clair. Présence d'un long sourcil blanc finissant vers la nuque striée de noir et de brun clair. La femelle est plus brune, la couleur rouge du dessous se limite à l’abdomen. La Sturnelle australe fréquente les herbages avec des arbustes et des arbres clairsemés qu’elle utilise comme perchoirs. Présente dans les zones ouvertes, les champs, les pâturages, les herbages andins, les steppes de Patagonie et les prairies où poussent les herbes Poa flabellata. 

Cet oiseau vivement coloré est souvent perché sur les piquets et les clôtures d’où il chante avec ardeur pendant la saison nuptiale.

Aigrette neigeuse (Egretta thula) : 56/66 cm, héron blanc de taille moyenne, similaire à notre Aigrette garzette, un peu plus trapue. Le plumage est totalement blanc et ce à tout âge. Le bec est long fin et noir. Les yeux sont jaune pâle, les lores jaune vif. Chez l'adulte en période de reproduction, les pattes sont noires et les pieds jaune vif. Des touffes d'aigrettes blanches soyeuses ornent le dessus de la tête, la poitrine et l'arrière du dos.

Se distribue sur divers habitats d'eau douce, se nourrit en zones côtières, sur les plages de sable. Vit jusqu'à 2000 m d'altitude. L'Aigrette neigeuse est un héron exclusivement américain, répandue du nord au sud du continent : on peut aussi bien l'observer à Denver (Colorado) qu'en Amazonie péruvienne ou en Guadeloupe et en Patagonie.

Sarcelle de Puna (Anas puna) : 45/50 cm, 550 à 600 g. Vit sur les plans d'eau, les lacs bordés de végétation de l'altiplano entre 3000 et 4 000 m. Se caractérise entre autre par son bec bleu clair, le dessus de la tête est noir, cou et joues blanc rosées. Le corps est brun barré de marron. La femelle est un peu plus petite et les flancs sont plus striés de marron foncé. Végétarienne elle peut parfois consommer de petits vertébrés aquatiques. Sédentaire, vit en couple ou petits groupes. Les deux restant ensemble pratiquement toute l’année, les couples sont souvent unis pour la vie.

  

Canard huppé (Lophonetta specularioides) : 50/60 cm. Vit sur les lacs et lagunes de l'altiplano jusqu'à 4500 m ainsi que les steppes de Patagonie.  La tête et le cou sont gris brun avec une large couronne plus foncée qui part du haut du front et englobe les yeux, et une petite huppe nucale. Le bec est gris bleuté. L'iris est rouge, ou orangé pour la race Alticola. La couleur de base du reste du plumage est un mélange de gris, de brun et d'ocre, avec les couvertures alaires et les flancs plus beige et tachetés de brun. Le reste des ailes apparaît brun, légèrement marqué de clair, lorsqu'elles sont fermées. En vol, on peut voir le dessin particulier des ailes qui présentent un miroir violet et blanc, traversé par une ligne noire.

Brassemer de Patagonie (Tachyeres patachonicus) : 65/70cm, 1,3 à 2,6 kg. Fréquente les eaux douces et salées de Patagonie de 0 à 1,500 m d'altitude. En couple ou en famille, rarement en groupe. Le Brassemer de Patagonie est le plus petit des 4 espèces de Brassemers qui existent. On ne le trouve qu'au Sud du Chili, aux Iles Malouines et en Argentine, de la Patagonie à la Terre de Feu. Il appartient à la famille des Anatidae. Le Brassemer de Patagonie a un corps robuste avec une grosse tête. La tête et le cou sont blanchâtres, gris ou brun. Le contour de l'oeil est blanc. Il a une ligne post-oculaire blanche. Le bec, jaune orangé, est haut et large. Le plumage du dos est écaillé dans des tons de gris.  Le ventre est également blanc. Les pattes sont orangées. Le plumage varie en fonction du sexe, des mues (trois par an) et de l'âge. La femelle a la tête brune avec une ligne post-oculaire plus fine et plus courte. Son bec est jaune gris. A la différence des autres Brassemer, il peut voler sur de longues distances. C'est aussi le seul qui vit aussi bien sur les côtes maritimes que dans l'intérieur des terres, au bord des lacs ou des lagunes, voire des rivières. Son alimentation est constituée de crustacés et de mollusques qu'il trouve en nageant et en plongeant, ou en bordure de l'eau. En cas de danger, le Brassemer de Patagonie court sur l'eau en se propulsant avec ses pattes et en agitant les ailes. Le Brassemer de Patagonie vit en couple, uni pour une longue période, mais peut former de petits groupes au moment de la mue. Ces oiseaux sont très territoriaux voire agressifs et encore plus à l'époque de la reproduction. Le nid est fait dans une petite dépression du sol ou un terrier abandonné, tapissé de duvet. La femelle y dépose entre 5 et 9 oeufs blanc-crème qu'elle incube seule pendant 30 à 40 jours alors que le mâle assure la protection du territoire. Après leur naissance, les petits quittent très vite le nid pour suivre leurs parents.

Le Grand grèbe (Prodiceps major) :,   60 à 75 cm. Présent en Amérique du Sud. En plumage nuptial, la tête, le menton et la gorge forment un ensemble gris. La tête est coiffée d’une huppe noire. Le cou est très long, avec la partie avant châtain rougeâtre et noire à l’arrière. Poitrine cannelle et flancs gris brun. Dos noirâtre avec reflets verts. Bec long et pointu, brun jaune avec la base noirâtre. Ailes brunes avec les secondaires et les primaires blanchâtres. Queue courte et châtain.  Yeux rouges et pattes noirâtres. Hors le plumage nuptial, le Grand grèbe a des couleurs plus pâles.  Le plumage du mâle et celui de la femelle, sont identiques. Le Grand grèbe fréquente les fleuves, les lacs et les lagunes d’eau douce, mais aussi les eaux salées des estuaires et zones côtières. Le Grand grèbe est le plus souvent vu en couple ou en petits groupes familiaux, accompagné de 3 à 6 juvéniles. C’est un oiseau très curieux de tout ce qui se passe autour de lui. Il s’approche pour voir de quoi il s’agit, en plongeant pour s’en approcher.

Vole très peu, maladroit pour marcher. Ses pattes lui permettent une excellente propulsion, c'est un très bon nageur. S'alimente principalement de poissons, d’alevins et de petits amphibiens qu’il pêche à la manière des cormorans, par de longues immersions. Complète son régime par quelques plantes aquatiques et des insectes. La nidification se fait en solitaire ou en petites colonies, avec les nids très dispersés. Le nid est une plate-forme flottante faite de plantes aquatiques, dans la végétation dense. Il est construit par le couple. La femelle y dépose de 3 à 6 œufs bleutés. L’incubation est assurée par le couple, dure de 26 à 30 jours. Lorsqu’un adulte quitte le nid pour aller s’alimenter, il recouvre les œufs d’algues et au bout de quelques jours, les œufs sont tachetés de brun, de marron ou de noir. Quelques heures après l’éclosion, les poussins sortent du nid et quand ils sont fatigués de nager ils grimpent sur le dos de la mère. Alimentés par les parents et rapidement apprennent à se nourrir seuls. Les poussins sont emplumés au bout d‘une cinquantaine de jours et sont alors capables de voler.

Grèbe aux belles joues (Podiceps occipitalis) : 25/28 cm. Le Grèbe aux belles joues  est présent  sous la forme Podiceps occipitalis juninensis, dans le tiers Nord de la Cordillère des Andes, et migre du Chili à l‘Argentine. Les deux sous-espèces se différencient par une légère différence de couleur et par leur taille. Sommet de la tête gris brun et nuque noire, face grise finement striée de jaune. Menton, face antérieure du cou et abdomen blancs. Les plumes des flancs longues et rayées de gris. Les parties supérieures sont noires rayées de gris. Yeux rouges vifs. Bec fin, pointu couleur gris foncé. Pattes  gris foncé. Le plumage du mâle et celui de la femelle sont identiques. Le plumage des juvéniles est semblable à celui des adultes hors période nuptiale mais le cou est blanc, finement strié de gris. Le Grèbe aux belles joues fréquente tous les milieux aquatiques d'eau douce, avec ou sans végétation, les fleuves, les rivières aux eaux calmes, les lacs, les lagunes et zones humides en altitude de 3 500 à 4 500 m.  La majeure partie de sa vie se passe sur l'eau. Excellent nageur et plongeur au mondre danger il disparait sous l'eau pour réapparaître une cinquantaine de mètres plus loin. En couple ou en groupes d’une cinquantaine d’individus. La base de son alimentation est constituée de petits crustacés, de petits poissons et de leurs œufs.  Il lui arrive de consommer de petits invertébrés. Nidification de septembre à octobre pour les espèces vivant à basses altitudes, de décembre à janvier pour celles qui fréquentent les lagunes de la haute cordillère des Andes. Le nid, est construit par le couple au milieu d'une végétation abondante. Il consiste en une plate-forme flottante, faite  de végétaux, ancrée après la végétation. La femelle y dépose de 4 à 6 oeufs blancs légèrement bleutés. L'incubation dure 24 jours et est assurée par les deux parents. Durant cette période, lorsqu'ils quittent le nid, tout comme le Grèbe de Rolland, les parents recouvrent les oeufs de matière végétale humide ce qui leur donne une couleur plus sombre au fil du temps. Les poussins sont nourris par les deux parents. Le premier jour de leur naissance, ils nagent et suivent les parents sur les lagunes. Ils obtiennent le plumage adulte au bout d'environ 8 semaines, sont capables de voler, mais restent avec le groupe familial. Ils sont parfois portés par les adultes, placés sur leur dos entre leurs ailes.

Lessonie noire (Lessonia rufa) : 13 cm.

Plumage noir qui contraste fortement avec la couleur châtain-roux du dos. Iris sombres, bec court noir, pattes également noires. Les lessonies noires diffèrent des très semblables lessonies des Andes (L. oreas) par leur taille un peu plus petite, par le châtain-roux plus foncé du dos ainsi que par les vexilles internes plus sombres des rémiges. Les femelles sont très différentes de leur partenaire. Elles ont un capuchon gris brunâtre, un collier nuchial brun sombre ainsi qu'un sourcil et des joues blanchâtres. Leur dos et leurs scapulaires ont une teinte brun-roux terne. Les ailes et la queue sont noires, les filets extérieures des rectrices les plus externes sont blanchâtres. Le dessous est blanc chamoisé, la poitrine et les côtés sont striés de gris-brun. Le ventre et les flancs sont chamois, la zone anale plus claire. Il ya une petite tache cannelle sur le dessous des ailes. Fréquente les zones ouvertes pourvues d'herbes basses, généralement à proximité des marais. On les trouve également le long des côtes, dans les lagunes, sur les plages ainsi que dans les pâtures et parfois jusqu'à une hauteur de 2 000 m.

Nidifie de septembre à novembre au Chili (mais d'octobre à janvier sur la Terre de Feu). Le nid est une petite coupe ouverte construite avec des herbes, des petites branches et des racines. Il est garni avec des plumes, le diamètre extérieur mesure de 10 à 12 centimètres. La profondeur ne dépasse pas les 5 centimètres. Il est placé habituellement à terre ou sur une corniche de falaise. L'édifice est souvent dissimulé par de la végétation qui le surplombe. La ponte comprend 2 à 4 œufs dont la durée d'incubation est inconnue. Les oisillons sont soignés et éduqués par la femelle seule.

Pluvier de la puna (Charadrius alticola) : 17 cm, moins de 50 g. Vit dans les zones humides, en zones d'eau douce ou salée à une altitude de 2 400 m à 5 000 m.

Cinclode à ventre sombre (Cinclodes patagonicus) : 20 cm, 50 g. Présent jusqu'à 2 500 m d'altitude.

Goéland de Scoresby (Larus scoresbii)

Mouette des Andes (Larus serranus)

Colibri du Chili (Sephanoides sephanoides)

(femelle)

Sicale de Patagonie (Sicalis lebruni)

Bruant chingolo (Sicalis lebruni)

Mouette de Patagonie (Larrus maculipennis)