Accueil
Accueil

  

Spitzberg pratique

Pour naviguer




Documents

- cartographie électronique Navionics sur PC

- cartes marines norvégiennes papier achetées à Tromsø (pas de revendeur de cartes marines au Svalbard).

-guide Imray de Judy Lomax (en anglais)

-Artic Pilot en norvégien et en anglais. Ouvrage présent sur les rayons librairie de l'office du tourisme à Longyearbyen.

-Lonely Planet pour le côté touristique.


Météorologie

-Le climat reste confortable comparé à d'autres régions situées à la même latitude, grâce à la présence du Gulf Stream.

-La réception de la météo au Navtex est bonne à Isfjord, sur la côte Ouest et Est. Par contre pas de réception entre la côte norvégienne et la pointe sud du Svalbard. A l'aller ce n'est pas un trop gros souci car on peut se rendre au centre météo de Tromsø, les météorologistes présents vous donnent une couverture météo pour les 4/5 jours suivants avec une bonne approximation. Pour la route retour c'est plus difficile. Personnellement nous avons eu une météo sur internet (il y a une connection par wifi à l'extérieur de la bibliothèque située dans le centre commercial de Longyearbyen), à mi-route nous avons appelé la station radio de Bjørnøya par VHF canal 66, puis le lendemain nous avons appelé par radio un chalutier norvégien qui nous a communiqué la dernière météo. Ceux qui on un récepteur fax-météo peuvent recevoir les cartes de Hambourg en Allemagne ou de Norhtwood en Angleterre.

-Le temps est très rapidement changeant. Le relief renforce les coups de vents qui peuvent survenir brutalement. Mais ils restent peu nombreux. En effet en juillet et en août on note moins de 10% de vent supérieur à 25 noeuds. Les forts coups de vents (8 et plus) rares ne durent que quelques heures.

-Il peut pleuvoir sans discontinuer pendant 48 heures. Il peut aussi faire très beau avec un ciel limpide plus de 24 heures. Globalement le ciel est gris et chargé renforçant l'aspect dramatique du relief.

-Le brouillard est fréquent et parfois tenace. Il tombe brutalement et persiste un à plusieurs jours au même endroit. La côte Nord et Est sont moins touchées. Un radar est très utile. La cartographie électronique rend ici de grands services.

-Les calmes peuvent eux aussi persister. Avoir un bon moteur et une réserve suffisante de gazole sont indispensables.


La glace

-Présente en gros jusqu'à la mi-juillet sur la côte ouest, quasi absente ensuite. Sur la côte Nord et la côte Est, cela est variable d'une année à l'autre; mais le passage est souvent impraticable avant la mi-août. Une carte des glaces est régulièrement mise à jour sur le site internet de la météo norvégienne www.met.no (choisir : hav og kyst puis iskart). Sinon sélectionner sur le Navtex la réception des informations pour les glaces, dans ce bulletin est spécifié la position avec les coordonnées géographiques de la glace. Mais sous l'effet du vent les glaces dérivantes peuvent se déplacer rapidement, la carte ou le bulletin du Navtex ne peuvent être qu'indicatif pour la localisation des glaces.

-A l'approche des glaciers des glaçons dérivants, parfois impressionnants, sont toujours présents: prudence. Il est recommandé de laisser une distance de 200 mètres entre le voilier et le front des glaciers. En été les glaciers, dans un grand fracas, libèrent de très nombreux blocs de glace dont le volume provoque, lorsqu'ils tombent dans la mer, de mini-tsunami dangereux pour les voiliers trop intrépides. Avoir à bord de bons pics à glace pour repousser les growlers.


Les mouillages

- deux pontons à Longyearbyen. Sinon mouiller devant le port dans 5 à 10 m d'eau. Tenue médiocre. Les fonds sont tapissés d'une épaisse couche d'algues géantes qui gênent la pénétration des ancres. Bien insister pour crocher l'ancre.

-de multiples baies bien abritées. Mais attention, souvent le fond est recouvert de ces algues géantes


Trafic maritime

- Peu important. A la traversée aller sur 4 jours nous avons croisé deux chalutiers russes et encore de loin. Au retour 3 chalutiers russes, 1 norvégien et un bateau de prospection russe qui traînait de longs câbles. Au Svalbard 2 cargos dans Isfjord, et plusieurs paquebots.

-Tous ces bateaux ont été détectés par l'AIS bien avant de les voir.


Chauffage et vêtements

-le chauffage : peut-être pas indispensable mais un élément de confort apprécié. Utile pour chasser la condensation et faire sécher les vêtements de mer, polaires, gants et autres chaussettes. A l'intérieur nous n'avons jamais souffert du froid.

-Notre panoplie comporte pour la protection contre le froid :

            sous-gants, sous-chausettes en soie. Sous-sous vêtements Millet : collant au corps, agréable et très efficace.

            sous vêtements polaires (caleçons longs et hauts) : Plastimo, MarinePool, Helly Hansen.

            combinaisons polaires intégrales Helly Hansen. Très chaudes.

            vestes polaires.

            Cagoules intégrales en soie et/ou polaire.

            Gants Quechua, gants de ski et moufles de ski.

            Vêtements de mer gore-tex, trois couches.

            Bottes Botalo.

Nous n'avons jamais souffert du froid à l'extérieur grâce à cet attirail.


Le côté pratique


-Au ponton redevance journalière de 250 NOK., sont compris l'accès aux douches et l'eau. Laverie et séchoir dans le local attenant aux douches situées dans le même bâtiment que la capitainerie.

-Gazole au ponton.

-Une connexion Wifi est disponible à la bibliothèque de Longyearbyen au premier étage de la galerie marchande. Accessible à l'extérieur de la bibliothèque, chaises et tables à disposition des internautes.

-Avitaillement. Tout change. Un supermarché bien achalandé est installé dans la rue principale de Longyearbyen. Prix conséquents. Nous avions prévu notre avitaillement à partir de la France, sauf les produits frais.

-Dans la rue principale : distributeur de billets à la banque, poste, magasins divers, bars, restaurants, pharmacie, hôpital.


  

Quelques chiffres


- Superficie : 63000 km²

- Points culminants : 1713 m pour le Newtontoppen (pic de Newton) au Spitzberg. 1712 m pour Perriertoppen lui aussi au Spitzberg.

- 60% de la superficie totale recouverte de glace, 30% de roche, 10% d'une maigre végétation variée.

- 2500 habitants pour environ 3000/3500 ours polaires.

- Soleil de minuit du 19 avril au 23 août. Nuit polaire du 28 octobre au 14 février.

- Température moyenne de 6° en été et de -14° en hiver à Longyearbyen la ville principale. -46° l'hiver 1986 et 21° l'été 1979.

- Pluie : seulement 200 à 300 mm par an. C'est un climat polaire désertique.

- 1. Le lagopède (Svalbard ptarmgan) est le seul oiseau sédentaire du Svalbard. Tous les autres oiseaux présents l'été, ne le sont que pour leur période de reproduction.

- 30000 touristes débarquent et visitent chaque année l'archipel.


Quelques dates


- 1194 : le Svalbarði fundinn est déjà répertorié dans les textes islandais (mais est-ce bien le Svalbard).

- 17 juin 1596 : Willem Barentzs découvre l'archipel, qu'il appelle Spitzbergen ("pays des montagnes pointues") en recherchant un passage vers l'Est.

- 1600-1750 : période d'une grande chasse internationale de la baleine.

- 1700-1850 : période de chasse et de trappe d'abord russe (1700-1850) puis ensuite norvégienne (1850-1973).

- 1900 : Début des charbonnages.

- 1906 : John Munroe Longyear, un américain, établit la première mine de charbon et donne son nom à la ville Longyearbyen.

- 9/02/1920 : le traité de Paris. L'exploitation du charbon entraîne des revendications sur ce territoire sans souveraineté. En 1920 les grandes puissances s'entendent pour attribuer la souveraineté pleine et entière à la Norvège. Les ressortissants des pays signataires ont les mêmes droits et les mêmes devoirs que les Norvégiens.

- 11/05/1926 : l'explorateur polaire norvégien Roald Amundsen s'envole avec le dirigeable italien conduit par Umberto Nobile, passe au-dessus du pôle nord pour finir par s'abîmer 48 heures plus tard et 5200 kilomètres plus loin à Teller en Alaska.

- 08/09/1943 : 8 cuirassés allemands dont le Tirpitz bombardèrent et détruisirent les villes du Svalbard, après que les alliés eurent évacués les civils et détruits les installations minières. Longyeabyen fut reconstruite après l'armistice.                                                                                             

Dangers


- Polar Bear : l'ours polaire. Ursus maritimus. Considéré comme un mammifère marin car sa vie se passe sur la banquise. Il ne connaît pas de prédateur. Dès que l'on s'éloigne de Longyearbyen il y a obligation à être armé, mais cette arme ne peut-être utilisée qu'en cas de réelle légitime défense.

            

Signes particuliers


- Chaussures d'intérieur : Avant de franchir la porte d'une maison, de rentrer dans certains magasins, services officiels  et autres musées, il est de tradition d'enlever ses chaussures. Autrefois les mines étant situées dans Longyearbyen, pour ne pas répandre de poussière de charbon à l'intérieur des habitations, on se déchaussait.


- Monnaie norvégienne : de rigueur y compris dans la ville russe de Barentsburg.


- Un certain nombre de règles ont été édictées pour la défense de l'environnement fragile du Svalbard. Le gouverneur n'hésite pas à sanctionner par de lourdes amendes financières les contrevenants. (Par exemple 45 000 NOK pour des touristes ayant débarqués sur l'îlot Moffen interdit d'accès à moins de 300m du 15 mai au 15 septembre. 40 000 NOK pour un skipper qui avait inscrit à la  peinture le nom de son voilier et la date de sa visite sur des rochers à Virgohamna).


- Ny Ålesund, ancienne ville minière, reconvertit en centre international de recherche dans un des plus beaux cadres qui soit. 30 habitants l'hiver pour 150 l'été. 15 nations présentent dont la France.


- En 2008 a été achevé dans la montagne et sous le permafrost, la construction d'une chambre forte où sera stocké à une température constante de -18°C des échantillons de graines du monde entier (ce bâtiment peut recevoir 4 millions de graines différentes), de façon à conserver un spécimen en cas de disparition de la plante dans son environnement naturel.


Quand y aller


            La meilleure période pour s'y rendre en voilier se situe entre le 15 juillet et la fin août, voire la mi-septembre. A cette période la côte Ouest, baignée par le courant du Gulf Stream est libre de toute glace. Cela est plus aléatoire pour la côte Est qui peut rester prise par les glaces de façon importante durant tout l'été et ainsi rendre un tour complet du Svalbard incertain voire impossible. Arriver à la fin juin ou début juillet est possible, mais le risque est de se trouver face à un pack de glace qui obligera à faire un détour et s'éloigner de la côte d'une trentaine de milles avant de pouvoir gagner Isfjord, un large fjord dans lequel est situé Logyearbyen. Isfjord est libéré des glaces bien avant le sud. La glace s'accumule dans le sud de Spitzbergen entre Sørkapp à la pointe sud, et Bellsund plus au nord. Le fjord Horsund situé entre les deux se dégage plus tardivement de la glace qui l'encombre.

            Passé la fin août il y a un risque accru de survenue de forts coups de vents engendrant des conditions de navigation difficiles pour rejoindre la Norvège. Et à la fin septembre se rajoute la longueur des nuits.


  

            Situé entre 74° et 81° de latitude Nord et 10° et 35° de longitude Est, Svalbard est le nom norvégien de cet archipel que nous appelons en France le Spitzberg. Svalbard venant du vieux norrois peut se traduire par "Côte froide". Le nom de Spitzbergen lui fut donné par Willen Barentzs, navigateur hollandais à qui l'on attribue la paternité de cette découverte en 1596 et qui signifie "Montagnes acérées". Actuellement la plus grande des îles est Spitzbergen, les autres principales îles se nomment : Nordauslandet, Barentsøya, Edgeøya et Prins Karls Forland. Est inclus dans l'archipel l'île de Bjørnøya (Île aux Ours) à mi-chemin entre la côte nord de la Norvège el la pointe sud du Svalbard. L'île Jean Mayen est aussi sous l'administration du Svalbard.