Accueil
Livre de bord 2017
Accueil
Livre de bord 2017

Nouvelles du bord

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

27 juillet : Escale dans le petit port de Luanco au nord de Gijon où il y a très peu de place pour les bateaux visiteurs. Ce petit village de pêcheurs s'est transformé au fil du temps en une station balnéaire très prisée des espagnols. Ne pas manquer de visiter le musée maritime des Asturies situé au centre ville. Voir aussi la très belle église Sainte Marie en bordure de mer. La ville n'a pas été totalement défigurée par les nouvelles constructions immobilières, le vieux port, entouré de nombreux bars et restaurants, reste agréable à parcourir. Dès que l'on sort de la ville la nature reprend vite ses droits et à deux pas, on trouve le Cano de Penas avec son phare (les falaises sont impressionnantes) et les magnifiques plages de Verdicio. Nous vous recommandons également le village de Cudillero petit port typique de pêcheurs mais difficile d'accès pour un voilier un peu grand.

30 juillet : Après trois jours passés à Luanco, direction Ribadesalla une autre station balnéaire un peu plus loin à l'est. L'entrée du port est délicate et se fait à +/- 2 heures avant la pleine mer et si la houle est significative il est préférable d'aborder le port à la pleine mer.

L'urbanisme de Ribadesella est dicté par un pont qui divise son port de pêche en deux. Chaque premier samedi du mois d'août, ce même pont marque la ligne d'arrivée de la fête la plus représentative des Asturies : la descente du Sella en canoë-kayak. La vieille ville a été déclarée bien d'intérêt culturel. La ville fondée au XIII siècle par Alphonse X le Sage présente ici aussi un étonnant (curieux) mélange d'urbanisme médiéval et d'architecture moderniste. La ville se divisise en deux parties clairement distinctes et différenciées : l'est où se trouve la vieille ville, et l'ouest qui abrite la grotte de Tito Bustillo, l'un des joyaux de l'art rupestre en Europe, semblable à celle d'Altamira, elle offre un spectacle extraordinaire, non seulement pour ses stalactites, mais aussi pour ses peintures. En été, il est recommandé d'arriver très tôt le matin pour pouvoir la visiter. Dans la vieille ville mentionnons, entre autres monuments, les églises Santa María de Junco et San Esteban de Leces, d'origine romane, la chapelle gothique Santa Ana (XVe) et l'ermitage Renaissance Nuestra Señora de Guía (XVIe). L'hôtel de ville de style Renaissance et plateresque, et les nombreuses maisons nobles des XVIIe et XVIIIe siècles, sont quant à elles d'excellents exemples d'architecture civile. Au tournant du XXe siècle, un grand nombre de manoirs romantiques, modernistes et éclectiques virent le jour dans le faubourg moderne de la plage Santa Marina, dont la Villa Rosario, une œuvre moderniste de la riche bourgeoisie « indiana ».

Pendant trois jours il va pleuvoir abondemment au point que l'appareil photo restera dans le bateau.

  

2 août : Nichée entre la ria de Treto et la baie de Santoña, Laredo est une localité touristique majeure de la côte de Cantabrie. Elle possède l'une des plus belles et plus grandes plages de la région : La Salvé, immense étendue de sable de cinq kilomètres. La ville se divise en 3 grandes zones : la vieille ville et son faubourg, la zone de l'Ensanche (nouveau quartier), et la prolongation de celui-ci jusqu'au Puntal. La vieille ville a été classée site historique en 1970, implantation originelle de la ville, remontant au Moyen Âge, elle conserve encore les ruines de ses anciens remparts. Elle se compose d'une trame de ruelles dominées par de grandes bâtisses remarquables, construites entre les XVIe et XVIIIe siècles, comme celle de la famille Mar, celle de la marquise de Arcentales, celle du Condestable, celle de Hoz ou encore celle des Gutiérrez Rada. Surplombant ce secteur se dresse l'église paroissiale de Santa María de la Asunción, de style gothique, qui renferme un magnifique retable flamand. Au nombre des festivités de Laredo, il faut citer la Bataille de Fleurs, véritable spectacle de lumière et de couleurs, qui a lieu le dernier vendredi du mois d'août.

Le port de plaisance a été ouvert en 2010, c'est le plus grand port de la côte nord espagnole mais il peine à se remplir et il 'y a aucune difficulté à y trouver ue place.

6 août : beau temps ensoleillé pour rejoindre CastroUrdalies à quelques milles (11) de Laredo. La baie est protégée par une longue digue mais le mouillage est quand même très rouleur dès qu'il y a de la houle. Il est possible de mouiller ou de prendre une bouée. Après appel à la VHF Le yacht club assure par une navette la possibilité de descendre à terre 24h sur 24 en été. Le port de pêche tout au fond de l'abri est inaccessible au bateau de passage.

Castro Urdiales est aussi connue sous le nom de Flavióbriga, en raison d'une ancienne implantation romaine. Elle a le charme des petits villages de pêcheurs et la beauté des plages de Urdiales, de El Fraile et de Brazomar renforcent ce charme. Le centre citadin de cet ancien village, aux origines romaines puis médiévales, est parsemé de typiques maisons aux balustrades de bois. Ses principaux monuments, de différents styles et d'époques, tranchent avec la sobriété maritime de sa partie ancienne, composée de rues étroites et encaissées qui invitent à la promenade. L'ensemble formé par l'église Santa María, élevée entre les XIII et XVe siècles, devenue le plus éminent modèle du gothique-cantabrique, et le château-phare, visible de n'importe quel recoin de la ville, dessine un tableau très symbolique de Castro Urdiales. La ville compte aussi des témoignages d'art rupestre de grande valeur, dont la grotte de la Peña del Cuco, qui renferme quelques gravures rupestres représentant des cerfs, des chevaux et des chèvres, datées du paléolithique supérieur. Le site romain de Flavióbriga est également digne d'intérêt. Il occupe tout le sous-sol de la ville actuelle, à environ deux mètres de profondeur, certains vestiges retrouvés sont protégés au coeur même de la ville et ouverts à la visite.