Accueil
Dico marine
Accueil
Dico marine

DICTIONNAIRE ABREGE DE TERMES DE MARINE

Ici le but n'est pas de dresser une liste exhaustive de tous les termes de la marine mais de donner un aperçu des termes les plus usités dans la pratique de la voile de plaisance d'aujourd'hui. Ce vocabulaire spécifique et particulier, hérité de la marine d'antan, est souvent inconnu, ignoré des non pratiquants des sports de voile.

Le riche vocabulaire utilisé dans la marine à voile date d'il y a fort longtemps quand les marines de guerre de commerce et de pêche n'étaient composées que de bateaux à voile, bien avant que le cheval vapeur ne la remplace définitivement au 19 ème siècle. Lorsque les grands voiliers viennent à disparaître, une grande partie du vocabulaire utilisé pour leur mâture, leur voilure et leur manoeuvre va disparaître avec eux car son utilité n'a plus de raison d'être, mais il survivra, pour partie, dans le "Yachting". Si de nouveaux vocables apparaîssent avec la marine à propulsion mécanique, certains mots de vocabulaire de la vieille marine continueront à coexister avec eux.

Abattre : Eloigner l'étrave, l'axe du voilier de la direction d'où souffle le vent.


Abord : Sur le côté du navire. Le long du bord, à l'intérieur du pavois.


Abordage : Collision entre deux navires. Action d'aborder (un navire) par le bord de monter à bord pour s'en rendre maître.


Aborder : Arriver au rivage sur le bord. Se mettre bord à bord avec un navire.


Accalmie : Arrêt du vent, calme passager de la mer.


Accastillage : Equipement de pont du bateau de plaisance.


Acconage : Fourniture à un navire par un acconier de matériel et de main d'oeuvre pour charger ou décharger une cargaison.


Accore : Pièce de bois utilisée pour caler un navire tiré au sec ou en construction. Se dit d'un rivage abrupt, escarpé qui plonge verticalement dans la mer.


Accoster : S'approcher contre, se mettre bord à bord d'un autre navire, se ranger le long d'un appontement ou d'un quai.


Adonner : En parlant du vent, celui-ci s'écarte de l'avant du voilier, les écoutes peuvent être choquées.


Affaler : Faire descendre en tirant les voiles, un cordage, un objet suspendu. Pousser vers la côte, s'échouer.


Affourcher :  Mouiller sur deux ancres écartées l'une de l'autre et tenues par deux chaînes diposées en V pour réduire le champ d'évitage er renforcer la tenue sur le fond.


Aiguille : Pointe rocheuse très aiguë.


Aiguilletage : Amarrage qui utilise une aiguillette (petit cordage) pour réunir entre elles deux cosses ou saisir une ancre à son poste sur le pont.


Aiguillot : Partie mâle d'une ferrure de gouvernail servant de pivot au mouvement de celui-ci. L'aiguillot pivote dans la partie femelle fixée à l'étambot et appelée fémelot.


Aileron : Pièce prolongeant la quille et pouvant supporter le lest. Pièce fixe sur laquelle est artiulée le safran.


Aire de vent : Une des 32 divisions de la rose des vents.


Ajut (noeud d'ajut) : Noeud qui réunit deux cordages de même section pour les prolonger.


Alidade : Instrument de visée qui permet de déterminer une direction par la lecture du gisement ou du relèvement d'un objet apeçu (navire, amer, etc...).


Aligement : Prolongement d'une droite virtuelle dans l'axe du navire de deux points fixes remarquables pour diriger ce dernier.


Allure : Direction que suit un navire par rapport à celle du vent. Allure de près, de largue, de vent arrière.


Amariner :  Période au cours de laquelle l'organisme des nouveaux embarqués s'adapte à la vie en mer. S'emparrer d'un navire ennemi en temps de guerre et l'utiliser avec un équipage de capture.


Amarrage : Action d'amarrer un navire à un quai, à un duc d'Albe, un coffre.


Amener : Action de descendre un objet préalablement hissé. Amener un pavillon, une voile.


Amer : Objet remarquable de position fixe, porté sur les cartes marines qui sert de repère pour le positionnemnt du navire.

  

A

Amure : Point de fixation le plus bas d'une voile sur lequel se fixent les écoutes.


Ancre : Lourde pièce de métal jetée à l'eau qui immobilise le bateau au mouillage par l'intermédiaire d'un câblot ou d'une chaine.


Ancre flottante : Dispositif de gros temps constitué d'un cône en toile et relié au bateau par un long cordage.


Ancrer : Retenir un navire au mouillage en jetant l'ancre.


Anémomètre :Instrument de mesure de la vitesse du vent et de sa direction.


Antenne : Longue vergue oblique pour voile latine.


Apiquer : Soulever un espar, une vergue, une bôme de façon à l'amener à la verticale en agissant sur l'une de ses extrémités.


Apparaux : Matériels destinés à des manoeuvres de force sur un bateau. Apparaux de remorquage, de mouillage.


Appareiller : Quitter son poste d'amarrage ou son mouillage et faire route.


Ardent : Qualifie la tendance d'un voilier lorsque l'on abandonne la barre à remonter au vent.


Armement : Fourniture à un navire de tout ce qui lui est nécessaire pour prendre la mer.


Arracher : Excercer un effort violent sur un cordage ou un aviron.


Arrimer : Fixer solidement tout objet du bord pour éviter tout déplacement pouvant être à l'origine d'accident.


Arriver : Sur un voilier s'écarter volontairement de la direction d'où souffle le vent.


Arrondir : Contourner à distance raisonnable un obstacle.


Artimon : Nom du mât vertical qui est situé le plus en arrière sur un voilier. Voile portée par cet artimon : voile d'artimon.


Assiette : Manière dont un voilier est assis sur l'eau. Equilibre d'un navire caractérisé par la différence des tirants d'eau avant et arrière.


Attache (port d') : Port d'immatriculation d'un navire.


Atterrages : Premières terres aperçues par un navire en mer quand il se dirige vers une côte donnée.


Atterrissage : Action de reconnaître la terre et de contrôler la position d'un navire par rapport à elle.


Aulofée : Mouvement par lequel un navire se rapproche de la direction d'où vient le vent.


Aussières : Cordages formés de 3 ou 4 torons qui ser à l'amarrage ou au remorquage.


Avant-ports : Plan d'eau d'un port communiquant directement avec la mer et qui ouvre le port sur les bassins intérieurs.


Aveugler : Obstruer provisoirement une voie d'eau avec des moyens de fortune.


Aviron : Espar qui sert à nager en embarcation.


AVURNAV : Sigle désignant les AVis URgents aux NAVigateurs.


Azimut : Angle que fait dans le plan horizontal la direction de l'objet observé avec la direction du nord.

B

Bâbord : Côté gauche du navire en tournant le dos à la poupe.


Balancer : Equilibrer la voilure pour que le voilier ne soit ni mou ni ardent.


Balancine : Cordage qui soutient l'extrémité d'un espar (un tangon, une vergue etc..) et permet de régler sa position par rapport à l'horizontale.


Balisage : Ensemble de marques fixes ou flottantes avertissant le navigateur de la présence d'un danger, à délimiter un chenal.


Balise : Marque fixe de balisage souvent munie d'un dispositif lumineux pour être visible la nuit.


Bande : Inclinaison que prend un navire sur un bord.


Barbotin : Pièce mobile de guindeau qui permet de remonter la chaîne d'une ancre.


Barre : Organe de commande du gouvernail.


Barrot : Poutre transversale de la charpente d'un navire qui maintient l'écartement entre les branches d'un couple et qui participe au support du pont.


Bassin à flot : Bassin dans les ports à marée dans lequel les bateaux rentrent par l'intermédiare d'un sas ouvert en fonction des heures de marées et dans lequel un niveau d'eau constant est maintenu.


Bastingage : Parapet bordant le pont d'un navire.


Bateau-feu : Navire mouillé en mer et qui sert de phare.


Bau : Désigne la largeur du bateau.


Béquille : Madrier utilisé pour éviter, à marée basse, au bateau de se coucher sur un côté.


Ber : Charpente qui supporte un navire sur cale ou en construction et le maintient droit.


Bittes : Fortes pièces cylindriques solidement fixées sur le pont pour assurrer l'amarrage.

Bitture : Longueur de chaîne élongée au préalable sur le pont et qui file avec l'ancre lorsque l'on mouille celle-ci.


Bollard : Gros fût cylindrique vertical à tête renflée autour duquel on capèle une amarre.


Bôme : Espar horizontal sur lequel sont envergués les voiles auriques et triangulaires.


Bordé : Revêtement extérieur de la coque du navire.


Border : Raidir l'écoute d'une voile pour la rapprocher de l'axe longitudinal du voilier.


Bosse : Cordage dont le rôle est de maintenir solidement à son poste un objet sous tension.


Bossoir : Arc-boutant servant à suspendre une annexe (une embarcation), en généralement à la poupe du voilier.


Bouée : Marque flottante de balisage ancrée au fond de la mer.


Bourlinguer : Rouler bord sur bord  ou tanguer de manière désordonnée.


Bout : Morceau de cordage.


Bout-Dehors : Espar horizontal dépassant vers l'avant à l'étrave du voilier pour décaler le point d'amure du foc.


Bras : Cordage ou palan servant à orienter dans le plan vertical une vergue, un tangon etc..


Brasser : Orienter une vergue au moyen d'un bras afin que la voile reçoive mieux le vent.


Brion : Pièce courbée reliant l'étrave à la quille.


Brisants : Ecueils sur lesquels la mer vient de se briser en déferlant.


Brise-lames : Ouvrage protégeant un port contre les effets de la houle du large.

C

Cabillot :  Cheville verticale amovible, sur laquelle on peut tourner un petit cordage ou une manoeuvre courante.


Cabine : Chambre de bord pour l'équipage ou les passagers.


Câblot : Simple cordage servant au mouillage de l'ancre d'un voilier de plaisance.


Caillebotis : Treillis de latte en bois servant de plancher amovible laissant circuler l'air et s'écouler l'eau.


Cale : Etage inférieur d'un navire.


Caler : Avoir un tirant d'eau de ...(caler 1,60 mètre : tirant d'eau de 1,60 m).


Calfater : Garnir d'étoupe ou de fils de coton et recouvrir de brai ou de mastic les interstices existant entre les pièces de construction du bordé.


Cambuse : Magasin où sont stockés les vivres du bord.


Canot : Prononcer canote. Petite embarcation non pontée à voile, à l'aviron ou à moteur.


Cap : Angle que fait l'axe longitudinal du voilier allant de l'avant avec la direction du nord.


Cape : Prendre la cape, se mettre à la cape, par gros temps le voilier fait route à vitesse réduite quand il ne peut plus faire route à vitesse normale sans s'exposer à un risque d'avarie majeur.


Capeler : Fixer l'une des extrémités d'un cordage à l'aide d'une boucle ou d'un oeil que l'on enfile sur une pièce fixe.


Capeyer : Se mettre à la cape, tenir la cape, être à la cape.


Carénage : Nettoyage de la carène pour enlever le fouling et contrôler les oeuvres vives.


Carène : Partie immergée du navire située sous la ligne de flottaison. On parle aussi d'oeuvres vives.


Caret : Elément de base des cordages. Composé de 2 à 3 fils commis de gauche à droite.


Carguer : Serrer les voiles contre leur vergue au moyen des argues.


Carlingue : Forte poutre axiale parallèle à la quille pour renforcer la carène.


Cartahu : Cordage volant utilisé provisoirement pour hisser ou amener un objet. Se dit aussi d'un filin installé sur la plage avant pour faire sécher le linge.


Chaloupe  : Embarcation de servitude non ponté dont on se sert au mouillage ou dans les ports pour le service.


Chandelier :  Tube métallique vertical espacé régulièrement sur le pont pour le maintien des filières.


Chasser : Dériver en entraînant l'ancre qui ne croche plus dans les fonds.


Château : Superstructure du navire établie sur le pont et qui s'étend d'un bord à l'autre : château arrière.

Chatte : Petit grappin sans oreilles à usages multiples.


Chaumard : Ouverture pratiquée dans la muraille du navire pour laisser passage aux amarres.


Chavirer : Se coucher sur un bord sans pouvoir se redresser et couler.


Choquer : Donner du mou à une manoeuvre courante sans la larguer.


Cingler : Faire route à la voile à grande vitesse.


Ciseaux : Disposition des voiles au vent arrière, une voile établie sur bâbord, l'autre sur tribord.


Claire-voie : Chassis vitré en forme de toit installé sur le pont pour assurer la ventilation et l'éclairage des locaux situés sous le pont.


Clapot : Présence sur la mer de petites vagues qui s'entrechoquent en bruissant le long de la coque.


Clin foc : Foc léger établi sur un bout dehors. Voile la plus en avant de toute la voilure.


Cockpit : Emplacement creux à l'arrière du voilier dans lequel se tient le barreur ou l'équipage.


Coffre : Volumineux flotteur muni d'un organeau de corps-mort sur lequel s'amarre un voilier.


Compas : Instrument de navigation indiquant au barreur le nord magnétique.


Conserve (naviguer de) : Faire route ensemble sans se perdre de vue.


Coqueron : Petit compartiment situé à l'avant ou à l'arrière du voilier servant de magasin.


Cosse : Anneau métallique rond ou ovale muni d'une gorge à l'extérieur pour y épisser un cordage et limiter son usure.


Cotre : Voilier à un seul mât vertical et portant 2 focs au moins.


Couleurs : Pavillon national (envoyer les couleurs).


Coupée : Accès au pont soit par une planche ou une passerelle reposant sur le quai, soit par une échelle de coupée.


Couple : Elément de membrure transversale, s'appuyant sur la quille par sa partie médiane.


(- a) Couple : Se dit de deux navires amarrés bord à bord.


Courir : Faire route, de déplacer sur la surface de la mer.


Courir des bordées : Effectuer une série de virement de bord vent debout, pour remonter au vent.


Coursive : Passage étroit servant au passage dans l'entrepont.


Croc : Pièce métallique à dos recourbé terminée par un bec en forme de crochet.


Culer : Reculer, faire marche arrière.

D

Dalot : Ouverture pratiquée dans la muraille pour l'évacuation des eaux.


Dame : Ouverture semi-circulaire dans une fargue d'embarcation, pour servir d'appui à un aviron.


Déborder : Ecarter une embarcation d'un quai, d'un autre navire.


Décapeler : Retirer en passant par le haut.


Défense : Objet de protection suspendu le long de la coque pour la protéger lors d'un amarrage à quai pour amortir les chocs et limiter le ragage.


Déferler : Déployer une voile ou un pavillon.


Déhaler : Déplacer un navire en embraquant ou en virant une aussière à terre.


Démailler : Séparer deux maillons d'une même chaîne.


Démaniller : Enlever une manille.


Déplacement : Poids de l'eau déplacé par le navire (volume de carène en m3 multiplié par la densité moyenne de l'eau de mer (1,206) le résultat est exprimé en tonnes).

  

Déraper : Arracher une ancre du fond au moment de son relevage.


Dérive : Déviation angulaire du cap du bateau par rapport à la route suivie supposée de celui-ci.


Dériver : Être déporté latéralement en dehors de la route par l'action du courant, du vent ou des vagues.


Dormant : Partie fixe d'un câble, d'un cordage utilisé comme manoeuvre.


Doubler : Un cap, action de  le dépasser, de le contourner--une amarre : renforcer l'amarrage en cas de mauvais temps.


Draille : Filin, câble d'acier le long duquel peut coulisser une voile (endrailler un foc...).


Drisse : Cordage servant à hisser une voile, une vergue un pavillon.


Drosse : Ensemble des chaînes, câbles ou tout système, transmettant au gouvernail l'action d'une barre.


Drosser : Entraîner vers la côte, navire drossé à la côte.

 

Dunette : Superstructure s'étantand en largeur d'un bord à l'autre à l'arrière de certain navire.

E

Echelle de Beaufort : Imaginée en 1805 par l'amiral britannique Francis Beaufort, mesure la vitesse du vent moyen sur dix minutes. Le tableau conventionnel comprend 13 degrés (de 0 à 12).


Echouage : Mise au sec volontaire ou non d'un navire.


Ecoper : Vider l'eau d'une embarcation à l'aide d'une pelle appelée écope.


Ecoute : Cordage frappé au point inférieur et libre d'une voile et servant à orienter la voile par rapport à la direction du vent.


Ecoutille : Ouverture rectangulaire (ou carrée) au niveau du pont et qui permet l'accès au pont inférieur.


Ecubier : Ouverture de la coque qui autorise le passage de la chaîne de l'ancre.


Elingue : Cordage dont on entoure un fardeau pour le soulever.


Elonger : Etendre une chaîne ou une aussière en élèments parallèles de la même longueur en vu d'un mouillage ou d'un accostage.


Embardée : Brusque changement de cap d'un navire sous l'action d'une vague, d'une saute de vent.


Embellie : Accalmie passagère à la suite d'un violent coup de vent.


Embosser : Maintenir un navire au mouillage par une ancre avant et une ancre arrière.


Embraquer : Amener à bord une certaine longueur d'un cordage ou faire effort pour le raidir.


Emerillon : Anneau monté sur une tige tournant librement dans une bague.


Emplanture : Massif de bois ou de métal reposant sur la quille et qui reçoit le pied de mât.


Empointure : Angle supérieur d'une voile carrée.


Encâblure : Ancienne mesure de longueur utilisée pour les câbles des ancres et pour estimer de petites distances. Elle valait suivant les époques de 185 à 200 mètres environ.


Enfléchure : Cordage établi entre les haubans et qui servait d'échelon pour grimper dans la mâture.


Engager : Se dit d'une chaîne ou d'une aussière qui est coincée et ne peut plus filer librement.


Enrochement : Bloc de pierre mouillé au pied d'une jetée pour la protéger du choc des lames.


Entrepont : Espace compris entre deux ponts successifs.


Envoyer : hisser une voile, le pavillon.

Ephémérides nautiques : Ouvrages édités par le bureau des longitudes pour le calcul astronomique de la position du navire en mer.


Episser : Assembler deux cordages en entrelaçant les torons.


Epissoir : Objet métallique en forme de poinçon pour écarter les torons d'un cordage pour réaliser une épissure.


Epontille : Montant vertical à l'intérieur du navire qui soutient les baux ou barraux sur lesquels reposent le pont.


Erre : Vitesse que conserve le navire lorque les voiles ont été amenées, ou le moteur arrêté.


Espar : Longue pièce de bois ou de métal servant de mât, de bôme, de tangon, de vergue etc...


Erse : Anneau en cordage.


Estime : Calcul de la route suivie par le navire en tenant compte des paramètres que sont la dérive, la vitesse estimée pour positionner la bateau sur la carte. Naviguer à l'estime.


Estran : Portion du littoral compris entre le niveau de la haute mer et de la basse mer


Estrope : Erse ceinturant les joues d'une poulie et portant un anneau pour pouvoir la fixer.


Etablir : Mettre en place une voile.


Etai : Cordage ou fil d'acier qui part du haut du mât et va s'ancrer sur le pont pour maintenir le mât dans le sens longitudinal.


Etale : Période au cours de laquelle le niveau de la mer reste constant. Etale de haute ou basse mer. Se dit d'un navire quan il n'a plus d'erre ni en avant ni en arrière.


Etaler : Tenir bon , résister, supporter.. Etaler le vent, le courant une voie d'eau....


Etalingure : Dispositif de fixation de l'extrémite libre d'une chaîne à un anneau.


Etambot : Forte pièce qui termine en arrière le navire et qui supporte le gouvernail.


Etarquer : Raidir au maximum, à bloc une manoeuvre courante. Etarquer une voile (raidir sa drisse).


Etrave : Forte pièce de bois reliée à la quille par le brion et qui termine la coque sur l'avant. Désigne l'avant des voiliers modernes.


Evitage : Zone balayée par un navire au mouillage qui tourne autour de son ancre sous l'effet du vent ou courant. Rayon d'évitage




  

F

Fardage : Prise qu'offrent au vent les superstructures d'un navire.


Fargues : Bordage supérieur d'une embarcation dans lesquelles sont pratiquées les entailles appelées dames qui servent de point d'appui aux avirons. Pièces de bois des aménagements intérieurs qui retiennent les objets à la gîte.


Fasseyer : Voile qui bat au vent quand elle n'est pas tenue.


Fémelot : Partie femelle fixe de la ferrure dans laquelle pivote l'aiguillot fixé à la mèche du gouvernail.


Ferler : Après l'avoir affalé ranger une voile en la pliant et en la maintenant à l'aide de raban de ferlage.


Filer : Laisser aller librement un cordage ou une chaîne.

  

Flot : Marée montante et courant qui l'accompagne.


Foc : Voile triangulaire établie sur l'avant.


Fraîchir : Quand la brise ou le vent augmente en force.


Francisation : Droit d'arborer le pavillon national avec les prérogatives et servitudes qui en découlent.


Frapper :  Fixer fortement deux objets entre eux au moyen d'un cordage.


Frégatage : Rentrée de la coque à hauteur du pont.


Fuite : Allure voisine du vent arrière adopté par un voilier par gros temps pour limiter l'impact des vagues sur la coque tout en conservant une certaine vitesse sur le fond. Prendre la fuite

G

Gaffe : Longue perche en bois terminé par un croc métallique


Garde (montante ou descendante) : Amarre travaillant parallèlement à l'axe du bateau pour l'empêcher d'avancer ou de reculer quand le bateau est amarré au quai.


Génois : Foc de grandes dimensions.


Gîte : Inclinaison latérale permanente que prend un navire soit sous l'effet du vent  ou si la stabilité longitudinale est compromise.


Godille : Aviron qui prend appui sur le tableau arrière d'une embarcation et permet de la faire avancer et diriger en agissant sur l'aviron en effectuant un mouvement de 8.


Goélette : Navire léger à deux mâts verticaux égaux ou le mât arrière plus que le mât avant.


Goulet : Passage étroit qui relie une rade fermée à la mer.


Gouvernail : Organe de direction du navire.


Grain : Coup de vent violent de courte durée souvent accompagné de fortes pluies.


Grappin : Petite ancre constituée d'une tige terminée par quatre à six pattes recourbées.


Gréement : Matériel servant à la manoeuvre des voiles et à la tenue des mâts.


Grelin : Très fort cordage composé de plusieurs aussières commises de droite à gauche.


Gui : Espar également appelé bôme.


Guibre : Prolongement de l'étrave.


Guidon : Insigne triangulaire d'un club nautique ou insigne rectangulaire pariculier à propriétaire de yacht.


Guindant : Hauteur d'une voile le long du mât.


Guindeau : Treuil utilisé pour la manoeuvre des chaînes d'ancre.


Guinder : Relever un mât de charge à l'aide d'un palan.

H

Hanche :Partie latérale arrière de la muraille.


Hanet : Petit bout de ligne servant à prendre un ris dans une voile, à saisir une bouée couronne, à serrer un hamac.


Hauban : Fil d'acier ou cordage qui maintient latéralement le mât.


Hiloire : Rebord vertical entourant une écoutille ou le cockpit  pour empêcher l'eau qui court sur le pont de pénétrer à l'intérieur.


  

Hisser : Faire monter un objet à l'aide d'un cordage.


Houle : Mouvement ondulatoire de la surface de la mer.


Hublot : Ouverture pratiquée dans la coque.